La Corvette Coupé Z06 Sting Ray de 1963

Aujourd’hui, un zoom sur l’Histoire de la Corvette Coupé Z06 Sting Ray de 1963!

La Corvette Coupé Z06 Sting Ray de 1963

La Corvette Coupé Z06

Les débuts

Peter Brock, le co-designer de la Sting Ray, expliquait dans son ouvrage de 2013 que Harley Earl et Bill Mitchell ont eu tous les deux une vision différente de ce que devait être la deuxième génération de Corvette. Dès 1955, Harley Earl avait fait plancher ses stylistes sur cette C2; mais les mauvais chiffres de vente de la génération précédente et le regard indifférent de GM pour la Corvette eurent raison de ses concepts multiples…

Harley Earl croyait dur comme fer au potentiel de la Corvette, tant en termes de marché que de performances et, tout en préparant sa propre retraite il réussi à faire adopter un projet de Corvette SS de course qui aura des effets durables sur le véhicule. Malheureusement, ce modèle développé à la hâte connut de nombreux déboires sur le Circuit de Sebring au début de l’année 1957. La SS fut interdite de course pour toujours.

La lourde tache de perpétuer le style de la Corvette échut au successeur d’Harley Earl, Bill Mitchell, qui ne perdit pas de temps pour le reprendre à son compte. Du retour du salon automobile Italien de Turin, il montra dans un de ses studios de recherche à un groupe de designers une multitude de photos qu’il avait prises de modèles d’exposition et de prétendants au record de vitesse. Pete Brock était présent, et il se souvint du cahier des charges dans Corvette Stingray: Mitchell avait déclaré au groupe présent: « Je veux que cette forme soit en complète rupture avec tout ce que l’on a pu voir jusqu’à présent ». Ce qui signifiait, comme se le rappela Brock, « PLUS D’AILERONS! ».

 

Je veux que cette forme soit en complète rupture avec tout ce que l’on a pu voir jusqu’à présent

Bill Mitchell

Les concepts

Tandis que Brock et ses différents collègues dessinèrent des centaines de concepts, Zora Duntov et ses ingénieurs travaillèrent sur un nouveau châssis incorporant le moteur V8 de 327 cubic inches introduit en 1962, mais collant désormais véritablement à la route grâce à la première suspension arrière indépendante Chevrolet.

L’intégration de ce système sous l’extrémité arrière des plus stylées de la voiture nécessita l’utilisation d’un ressort arrière transversal, adaptation judicieuse qui concourait à une plus grande amélioration de la maniabilité du véhicule. Duntov avait également conçu une nouvelle transmission montée à l’arrière, un assemblage boîte-pont améliorant encore la tenue de route grâce à un meilleur équilibre. Mais ce système fut écarté pour des considérations tant de place que de coût.

Le style

L’une des caractéristiques les plus marquantes de cette voiture enthousiasmait tant Mitchell que Brock, mais faisait littéralement enrager Duntov. Mitchell avait longtemps admiré l’épine centrale proéminente du prototype aux lignes très fluides Type 57 de 1935 de Jean Bugatti. La voiture, fabriquée en Elektron (un alliage au magnésium très délicat et difficile à travailler NDLR) incorporait un joint replié pour l’étanchéité des larges panneaux du toit assemblés par rivets. Mitchell souhaitait une variante plus légère de ce qu’il appelait un « Windsplit »(littéralement pour fendre le vent!). Lorsque Duntov l’aperçut, il en fut très déçu, affirmant qu’il rendrait la visibilité arrière très mauvaise. Un jour plus tard, après une jouxte verbale avec Mitchell avait démontré qu’avec ses stylistes, il exerçait davantage d’influence sur la direction que le véhément ingénieur…

logo Corvette

Inspiré du très beau livre « L’Art de la Corvette »

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *